jeudi 23 mai 2013

La barque-plume


Charon encapuchonné d'ombres, il va
Glissant à travers les premières brumes
Qui chaque soir mêlent la réalité à l'au-delà. 
Il est nécromant sur barque-plume.

Un fleuve d'encre noir est son Achéron
Duquel il remonte ses filets de vers,
Glauques légendes suintantes du poison
De ces eaux auxquelles il sait plaire.

C'est qu'il y navigue depuis si longtemps...
Dans le silence, ce cygne noir caresse
L'eau, en dessine les rides du temps
Sur son sillage, en V de vieillesse. 

D'une rive belle à l'autre laide, il va
S'appuyant sur sa perche immense
Et fait traverser après le trépas,
Les âmes des poètes en errance.

Qui incompris, qui rejeté, ignoré,
Tous embarqueront à bord de l'Oubli,
Cette barque-plume dont le nocher
Est un de ces grands poètes maudits. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire